SYLVIE BÉRUBÉ
Députée d'Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou

Bloc Québécois

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

Laïcité de l’État : Abolissons la prière à la Chambre des communes

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, 10 mai 2022 – Par souci de respect de la laïcité des institutions publiques, le Bloc Québécois demande à la Chambre des communes de voter pour abolir la prière marquant quotidiennement le début des travaux parlementaires.


« Beaucoup de Québécois ignoraient que la Chambre des communes prononce toujours une prière avant chaque séance. En 2022, il serait temps que les élus fédéraux remplacent cette pratique contraire au principe de laïcité par un moment de réflexion. La laïcité est une valeur progressiste et inclusive. Pour que toutes les croyances ou les non-croyances au sein de la population soient respectées, l’État doit n’en afficher aucune. Le Bloc Québécois demande donc à tous les partis de montrer l’exemple en abolissant la prière », a déclaré la députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Sylvie Bérubé.


Chaque jour, à l’ouverture des travaux, le président prononce une prière: « Dieu tout-puissant, nous te remercions des nombreuses grâces que tu as accordées au Canada et à ses citoyens, dont la liberté, les possibilités d’épanouissement et la paix. Nous te prions pour notre souveraine, la reine Elizabeth, et le gouverneur général. Guide-nous dans nos délibérations à titre de députés et aide-nous à bien prendre conscience de nos devoirs et responsabilités (…) ».


Le Bloc Québécois demandera le vote sur la motion suivante : « Que, étant donné que la Chambre respecte les croyances et les non-croyances de l’ensemble des parlementaires ainsi que de la population, et qu’elle a un attachement au principe de séparation de la religion et de l’État, à la diversité des opinions et à la liberté de conscience,  tout en respectant la laïcité et la neutralité religieuse de l’État et par souci d’inclusion, la lecture de la prière à l’ouverture d’une séance soit abolie et remplacée par un moment de réflexion ».


Le Bloc Québécois avait déjà demandé le consentement unanime de la Chambre pour abolir la prière, le 12 juin 2019. Des libéraux et des conservateurs s’y étaient alors opposés.


D’autres parlements ont mis fin à la prière inaugurant leurs travaux. L’Assemblée nationale du Québec l’a fait en 1976, rejoignant Terre-Neuve-et-Labrador, qui n’a jamais adhéré à cette pratique. En octobre 2021, l’Assemblée législative de Nouvelle-Écosse abolissait à l’unanimité sa prière, par souci que « chaque personne, peu importe la couleur de sa peau, son genre, qui elle aime, sa langue et sa manière de prier, se sente accueillie par le gouvernement ».


« Le Bloc Québécois souhaiterait qu’ici aussi, l’abolition de la prière se fasse à l’unanimité. J’appelle tous mes collègues à envoyer ce message inclusif aux citoyens et citoyennes qui ne sont pas nécessairement de confession chrétienne, qui n’adhèrent pas nécessairement à ses traditions et croyances, et qui parfois même, s’en estiment écartés. Ensemble, faisons le choix de la laïcité et de la modernité », a conclu Mme Sylvie Bérubé.


– 30 –


Source :
Lynda Perreault                                                   


Directrice de bureau                                             


Bureau de Sylvie Bérubé,                                      


Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou             


819 824-2942                                                                     


lynda.perreault.301@parl.gc.ca


— 30 —

Source et information:


Julie Ouellet

Adjointe aux communications

Bureau de Sylvie Bérubé,

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou

418 748-2234

julie.ouellet.301@parl.gc.ca

Suivez-moi